Bonneuil-sur-Marne dans le centre

Bonneuil-sur-Marne dans le centre. Ces agences viennent s’ajouter aux autres agences d’Amazon Logistics qui existent déjà en Allemagne, au Royaume-Uni, en Italie et dans d’autres pays d’Europe.
Ces deux agences permettent d’améliorer considérablement le temps de livraison dans l’Hexagone. Il y a 5 ans, les livraisons dans la région parisienne prenait 2 à 5 jours. Dorénavant, on peut être livré le jour même en quelques heures, ou le lendemain. Afin de relier efficacement le nord et le centre, l’ouverture d’une troisième agence est prévue dans la ville de Boves, près d’Amiens.
Au total, 2000 contrats en CDI sont prévus pour faire fonctionner ces trois agences d’ici la fin de l’année 2017. Les chauffeurs de la société pourront ainsi livrer des produits six jours sur sept.

Le plan « Dragon Boat » :
Au niveau mondial, en 2013, la direction d’Amazon laisse échapper des documents confidentiels découvert par Bloomberg et qui aborde son plan de développement logistique mondial, le « dragon boat ». Amazon œuvre pour intégrer sa supply chain en achetant à cette époque des avions, des bateaux etc… Il s’agit alors pour le leader de l’e-commerce de récupérer un bien produit en Chine afin de le vendre aux Etats-Unis à un client. « Dragon boat » est décrit comme un système révolutionnaire qui va automatiser l’ensemble de la supply chain internationale et éliminer la majorité des temps d’attentes liés à la paperasse administrative et à la réservation de fret maritime et aérien. Le plan dragon boat a donc pour objectif de supprimer les intermédiaires dans sa chaine logistique. Pour joindre les deux extrémités de la supply chain, Amazon encourage les commerces avec lesquels il a des partenariats à se développer, et à laisser Amazon Logistics s’occuper de l’emballage, du chargement et de la livraison.
C’est une position très singulière que prend Amazon, dans la mesure où nous sommes dans une phase où les sociétés ont tendance à délester un maximum d’activités afin de les sous-traiter.
Cette initiative s’accompagne notamment en mars 2016 de l’acquisition d’option à hauteur de 20% de la société Air Transport Services Group. Amazon signe alors un contrat pour l’utilisation de 20 Boeing 760 pendant une période de cinq ans.
Progressivement, une toile est tissée créant ainsi un réseau logistique mondial Amazon. Cette expansion agressive a pour objectif de construire un réseau mondial exhaustif d’emballage, de transport, de stockage et de livraison de colis. Ce réseau sera utilisé pour livrer les produits que la société livre, mais pourra aussi être utilisé pour livrer les produits des partenaires qui utilisent sa plate-forme pour commercer à l’étranger.

Le rapport de 2013 concernant le plan dragon boat explique que la direction d’Amazon a l’intention de développer ce réseau logistique mondial en contractant avec de nombreuses tierces parties, puis progressivement s’en séparer lorsque la gestion interne sera suffisamment solide, influente et optimale. Le rapport stipule également que si ce projet logistique ambitieux arrive à maturité, il est prévu qu’Amazon pénètre dans le monde de la finance. Pour se faire, Amazon octroiera des prêts à ses marchands et partenaires, administrera les paiements internationaux et consultera son réseau de vendeurs à propos de la clientèle et des taxes.
Pour réussir ces opérations, Amazon compte utiliser efficacement ses compétences en cloud et son système d’informations innovant qui s’est développé au fil des années en interne et s’est transformé en entreprise commerciale qui est maintenant la fondation sur laquelle la société a bâti son activité la plus profitable. C’est là la force d’Amazon : sa discrétion sur son utilisation experte en big data et l’exploitation de données. C’est ce qui va lui permettre de mettre en relation des parties prenantes opérant dans différents pays, de manière efficiente, en supprimant les barrières de communication et les délais de préparation et de confirmation. C’est la raison pour laquelle des spécialistes du domaine tels que Microsoft, IBM, Dell, Hewlett Packard qui ont ignoré cette menace aux débuts d’Amazon, se retrouvent aujourd’hui distancés dans la course.
Quatre ans après la proposition du plan global logistique, de signes significatifs émergent et supposent que le plan arrive à maturité : en janvier 2016, la société logistique Flexport publie une note stipulant que la filière chinoise d’Amazon a enregistré aux Etats-Unis un NVOCC (Non-Vessel- Operating-Common-Carrier).
Ce NVOCC permet à la filière chinoise d’offrir des services maritimes à d’autres sociétés. En décembre 2016, Amazon a acquis 20 Boeing de transports pour contrôler les livraisons et les coûts. Amazon offre dorénavant ses services en tant que transporteur. Initialement destiné aux activités de ses partenaires, Amazon devient un concurrent d’UPS et FedEx, références en termes de livraison. Mais ce plan ambitieux va confronter Amazon à sa contrepartie chinoise, Alibaba avec laquelle la concurrence sera féroce.

Le concept de drop shipping :
Pour le moment, Amazon a conclu de nombreux partenariats avec différents transporteurs pour assurer la livraison entre les entrepôts et le client final. Même si Amazon a l’ambition d’internaliser sa logistique avec sa division Amazon Logistics, la société se repose encore largement sur ses partenaires. Des informations sur ces transporteurs sont disponibles sur le site internet. On peut y trouver des informations sur le suivi à jour sur les colis, les coordonnées et les adresses de ces transporteurs.
Cette externalisation logistique est efficiente grâce aux interfaces numériques et digitales qui améliorent fortement la transmission d’informations et la communication entre le clic de souris du client qui va commander un produit, la préparation du produit en entrepôt et la prise en charge de la livraison par le prestataire externe.
Pour parvenir à ce niveau de rapidité, Amazon utilise le concept de drop shipping. Plutôt que de posséder en stock des livres ou d’autres produits et subir un coût de possession important, l’entreprise opte pour des partenariats avec des éditeurs et des grossistes pour qu’ils maintiennent eux-mêmes le stockage de livres ou de produits divers. Dans certains domaines, notamment dans celui de la librairie, les éditeurs et les grossistes sont plus expérimentés pour assurer l’entreposage de longue durée. C’est sur ce concept qu’Amazon a bâti son succès et c’est le pilier principal de sa Market Place. Ce sont des partenariats entre deux acteurs de filière. Cette stratégie est appliquée aujourd’hui à toutes catégories de produits. En moyenne, un produit reste 33 jours chez Amazon contre 70 jours chez son concurrent américain Best Buy.
Grâce au dropshipping, quand le client passe l’achat, il transmet son adresse postale au site, puis l’information est transmise au vendeur détenant le produit mis en ligne sur Amazon. L’avantage pour le client est qu’il n’a pas besoin d’avancer de l’argent (contrairement à un commerçant traditionnel où il faut avancer une certaine somme pour assurer la livraison de la part du vendeur). Le dropshipping permet également au vendeur de tester ses produits, pour déterminer lesquels vont avoir du succès, sans forcément les savoir en stock.

Pour le fournisseur de produit, c’est aussi la possibilité de proposer un panel de produit large qu’il peut produire en quantité sur demande, plutôt que de posséder en stock un type de produit. Il est cependant nécessaire d’adhérer à certaines conditions pour le fournisseur, ainsi que verser un % sur le prix du produit à Amazon. Toutefois, les tarifs proposés par Amazon aux fournisseurs sont plutôt avantageux et favorise les relations de long terme.

d. Le marketing et la vente

Amazon parvient à promouvoir ses ventes grâce au e-marketing, plus exactement du marketing via l’envoi de mails personnalisés aux clients.
Le mail est complètement modélisé par un logiciel prédictif qui tient compte des achats réalisés précédemment par le client, des achats mis de côtés pour des achats ultérieurs, les commentaires mis en ligne par le client et le filtrage collaboratif qui consiste à identifier les produits qu’ont acheté d’autres internautes ayant le même profil. C’est un modèle qui a bien fait ses preuves.

Amazon s’est lancé dans le streaming depuis plusieurs années maintenant et a connu un réel succès avec des contenus originaux, tels que la série « Sneaky Pete » et au point de concurrencer Netflix. En mars 2016, le géant a trouvé une nouvelle méthode de communication en lançant un programme qui semble être la grande innovation dans la vente de produits, une sorte de renaissance du programme Téléshopping.