AbstraitLa mondialisation est un système international qui implique la diffusion d’idéologies

AbstraitLa mondialisation est un système international qui implique la diffusion d’idéologies, de pratiques et des applications technologiques. C’est l’interdépendance croissante, l’intégration et l’interaction entre les personnes et les entreprises dans plusieurs endroits et marchés du monde entier. Il dépasse a modernisation ou l’occidentalisation pour confirmer un concept beaucoup plus que la libéralisation du marché.

La mondialisation se réfère à l’augmentation rapide de la part de l’activité économiquefrontières nationales. Il va également au-delà du commerce international pour créer des sociétés multinationales.

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

Le système bancaire mondial a radicalement changé ce qui fait que les banques rencontrent des difficultés et découvrir des opportunités tout en développant leur activité. Dans cet environnement de plus en plus saturé, les banques existantes commencent à trouver un moyen d’étendre leurs territoires dans les pays étrangers, créer des opérations et les services dans le monde entier et établir des barrières à l’entrée plus élevées. Cela a été supposé par un examen de la littérature pour voir si un modèle complet pour l’expansion des activités internationales est disponible à l’usage des entreprises libanaises, en mettant l’accent sur le secteur des services financiers et bancaires
En outre, nous constatons que la taille de la banque a des effets différents sur la relation entreinternationalisation et risque. Les grandes banques ont tendance à avoir le risque moyen plus faible mais à augmenter le risque bancaire quand aller à l’étranger. D’un autre côté, les petites banques ont un effet de diversification sur l’internationalisation mais le risque global est plus grand et l’opération n’est pas aussi efficace que les grandes banques.La plupart des recherches trouvent une relation positive entre l’internationalisation et le risque bancaire.

Cependant, cette thèse implique les données des banques commerciales au Liban; le résultat estime quel’internationalisation d’une banque est associée à un risque plus faible pour les banques mondiales.Le but nécessite plus d’exploration et représente un effort modeste pour atteindre l’objectif deinternationalisation et risque bancaire.

ContenuAbstrait …………………………………………. ………………………………………….. ……………………………………. 2Reconnaissance …………………………………………. ………………………………………….. …………………….. 3Introduction …………………………………………. ………………………………………….. ………………………………. 6Problème Discussion ………………………………………… ………………………………………….. ………………….. 10Chapitre I………………………………………… ………………………………………….. ………………………………… 12Internationalisation des banques ……………………………………….. ………………………………………….. ………. 12SECTION 1. Internationalisation de la Banque ……………………………………….. ………………………………. 13SECTION 2. Types de banques internationales ………………………………………. ……………………………… 16SECTION 3. Dimensions définissant l’internationalisation ……………………………………….. ……………. 17SECTION 4. Avantages de Global Banking ………………………………………. …………………………… 17Chapitre II ………………………………………… ………………………………………….. ………………………………… 18Déterminants des banques commerciales d’internationalisation …………………………………………………18SECTION 1. Déterminants de l’internationalisation des banques commerciales …………………………………19SECTION 2. Déterminants des activités d’innovation ………………………………………. …………………. 19Chapitre III ………………………………………… ………………………………………….. ……………………………….. 21La dynamique de l’internationalisation ………………………………………. ………………………………………… 21Chapitre IV ………………………………………… ………………………………………….. ……………………………….. 23Stratégies d’internationalisation ………………………………………… ………………………………………….. ……. 23SECTION 1. Stratégies d’internationalisation des banques de marchés émergents: défis et Opportunités …………………………………………. ………………………………………….. ……………………….. 24SECTION 2. Stratégies d’internationalisation ………………………………………… …………………………… 25Chapitre V ………………………………………… ………………………………………….. ………………………………… 26Comment l’internationalisation influence-t-elle le comportement de la banque? ………………………………………… 26Chapitre VI ………………………………………… ………………………………………….. ……………………………….. 28Financement du commerce international ……………………………………….. ………………………………………….. ……… 28SECTION 1. Financement du commerce international ……………………………………….. ……………………………….. 29
SECTION 2. Marchés de change …………………………………….. …………………………………… 31
Chapitre VII ………………………………………… ………………………………………….. ……………………………… 32L’impact de l’internationalisation sur la performance des banques ………………………………… ……….. 32SECTION 1. Les facteurs comportementaux le processus d’internationalisation …………………………………….. .. 33SECTION 2. Comment l’internationalisation affecte la performance de l’entreprise …………………… 35Chapitre VIII ………………………………………… ………………………………………….. ………………………………… 36Risque de banque internationale ………………………………………. ………………………………………….. ………. 36Étude de cas ………………………………………… ………………………………………….. ………………………………. 39Risque d’internationalisation de l’industrie bancaire libanaise ……………………………………. ……………… 391. Introduction ……………………………………….. ………………………………………….. ……………………….. 402- Internationalisation et risque bancaire …………………………………….. ………………………………………… 423- Méthodologie et cadre ……………………………………… ………………………………………….. … 433.1- Données ……………………………………….. ………………………………………….. ……………………………….. 433.2 Mesures de risque ………………………………………. ………………………………………….. ………………… 433.3 Mesures d’internationalisation ………………………………………. ………………………………………. 443.4 Variable de contrôle ……………………………………….. ………………………………………….. ………………… 443.5 Modèle empirique ……………………………………….. ………………………………………….. ……………….. 464- Analyse empirique ………………………………………. ………………………………………….. ………………. 474.1 Statistiques sommaires ……………………………………….. ………………………………………….. …………….. 484.2 Analyse univariée ……………………………………….. ………………………………………….. ……………. 484.3 corrélation sérielle ……………………………………….. ………………………………………….. ………………. 514.4 Régressions ………………………………………… ………………………………………….. ……………………… 54Les références …………………………………………. ………………………………………….. ………………………………… 61

Introduction
Mondialisation définie comme «flux rapide et continu de services, capital, argent, technologie, idées, informations, cultures et nations “. Selon l’Institut et les banques, à travers la mondialisation, la réforme de l’information est en cours, et les marchés, les entreprises, les organisations et la gouvernance deviennent de plus en plus internationaux.Par conséquent, les flux de capitaux, les activités de production et de services, les activités commerciales et technologiques les développements acquièrent un caractère international.La mondialisation est la disposition des activités et des entreprises à dépasser les marchés nationaux à d’autres les marchés dans les pays étrangers et internationaux augmentent l’innovation et la connectivité des monde. Il affecte la culture, le système politique, l’environnement, le développement économique et accroître considérablement le commerce et les échanges internationaux.La globalisation représente l’état du monde. Il est défini comme un processus historique, le produit de l’innovation humaine et le progrès technique font référence à l’intégration croissante des économies monde. Il est réduit à l’intégration des services et des marchés de capitaux en raison d’obstacles et difficultés au commerce et à l’investissement.Ainsi, l’internationalisation est un phénomène qui devrait être abordé d’un point de vue économique et perspectives financières et considéré comme une solution pour obtenir plus de profits et d’opportunités d’ouverture dans les pays étrangers.Caractéristiques de la mondialisation:- Opérer et planifier pour développer, innover et développer partout dans le monde.- Supprimer les différences entre les marchés nationaux et étrangers- Achat et vente à travers le monde et internationalPilotes de la mondialisation:- Accroissement du commerce international et des échanges- L’externalisation mondiale- Consommation internationale, investissement et production- Augmentation rapide des communications et expansion de la technologie- Développement de services et d’opérations de soutien

Une banque est une institution financière et une économie d’échange. Les banques apparaissent comme une motivation de internationale et peut également fournir des services financiers répondant aux objectifs d’un économie fluctuante.”Le système bancaire mondial a radicalement changé ce qui fait que les banques rencontrent des difficultés et découvrir des opportunités tout en développant leur activité dans les pays étrangers. De plus en plus environnement saturé, les banques existantes commencent à trouver un moyen d’étendre leurs territoires à l’étranger pour mettre en place des barrières d’entrée plus élevées et d’obtenir plus de profits. “Le système de taux de change résilients et le processus de déréglementation financière qui s’est passé . La plupart des marchés du monde sont les deux principales causes de la mondialisation des banques commerciales.Si les taux de change flexibles ont favorisé une forte croissance des flux de capitaux internationaux et continué dans un processus d’innovation financière et la déréglementation a créé une tendance aux marchés financiers régionaux.Une entreprise commencera à être compétitive sur le marché international en entrant sur les marchés étrangers. Concrètement sur un l’échelle globale vient plus tard, après qu’une entreprise a créé des opérations et des services sur plusieurs continents et se déroule contre des rivaux pour le marché mondial.La croissance et le développement des banques internationales ont créé de nouvelles opportunités et de nouveaux défis pour les banques. Ainsi, la mondialisation et l’intégration des marchés financiers entraînent une diffusion plus efficace d’information et de profiter des échanges internationaux, le développement et créer de nouveaux technologies et innovations.Pour les entreprises et les banques, internationalisation est la solution pour développer leurs marchés et prendre avantages et l’expérience, mais augmente également la concurrence.

Les espaces de la globalisation peuvent être conçus à tous les niveaux: local, régional ou global.Ces domaines sont la région des consommations de production et l’échange de services globaux.

Le but de cette thèse est l’approche conceptuelle du terme «banque internationale» etévaluation des avantages et des inconvénients des banques d’expansion internationales.

Comment l’internationalisation influence-t-elle le comportement de la banque?
L’internationalisation a pris des formes diverses, notamment à travers la croissance de grandes multinationales entreprises. Pour la banque, il représente souvent de puissantes opportunités de développement mais comprend les limitations et les difficultés.Les entreprises vont s’internationaliser pour divers raisons, mais l’objectif typique pour l’entreprise est la croissance ou expansion. Lorsqu’une entreprise fait appel à des employés internationaux ou recherche de nouveaux marchés pays étrangers, une stratégie internationale peut aider les banques ou les entreprises à se diversifier, développer et développer.

Problème discussion
Opérer sur plusieurs marchés permet à la banque de croître, d’innover, de développer et d’introduire de nouveaux produits sur les marchés étrangers. L’internationalisation pose de grands défis concurrentiels aux banques, en concurrence les uns avec les autres sur différentes régions et services.Au Liban, en raison de banques excessives, d’une petite échelle économique et de services financiers , l’industrie financière est plus compétitive que sur les autres marchés, ce qui entraîne une augmentation de taux d’intérêt. Par conséquent, l’internationalisation est la seule solution principale a la banque pour obtenir plus des bénéfices et opérant dans les pays étrangers.Le commerce international et la délocalisation de la production sont devenus les deux béquilles du système entrepreneurial.Quand on parle d’internationalisation, on parle de risque pays.- Les banques diversifient-elles leur allocation d’actifs pour réduire le risque ou prendre plus de risques facteur spécifique au marché?- Comment l’activité d’internationalisation bancaire affecte-t-elle le risque qui a été largement concerné?
But et questions de recherche:-Pourquoi les banques s’internationalisent-elles?- Pourquoi l’existence du risque d’internationalisation?- Quelles sont les dimensions définissant l’internationalisation?-Comment décrire les motivations de l’internationalisation des banques?- Quelles sont les stratégies d’internationalisation?

Chapitre 1«  Internationalisation des banques »
SECTION 1. Internationalisation de la Banque
Banque multinationale: contrôle les activités et les succursales dans plusieurs pays-Banques affiliées et développées dans d’autres pays-L’investissement étranger direct- Banque de détail et de gros multinationale- Services bancaires et opérations aux entreprises étrangèresPour développer les banques internationales, il est nécessaire de:a- Offrir des produits internationaux:- Lettre de crédit- Billets d’échangeb- Création de filiales et de succursales dans les juridictions étrangèresc- Financer le développement économique dans différents paysL’internationalisation est un processus métier pour toute entreprise produisant des produits. Il est important de considérer que les différents marchés utiliseront les modifications nécessaires au début de la conception du produit et développement dans plusieurs pays.L’internationalisation se caractérise par la libéralisation des échanges, des investissements et des flux de capitaux, ainsi comme l’importance croissante de tous ces flux et la concurrence internationale dans l’économie mondiale.L’internationalisation de la banque est considérée comme une mondialisation qui développe et aide la banque trouver des opportunités et prendre plus de profits tout en développant leurs activités et services à l’étranger.Il en résulte un moyen d’élargir et de développer leurs territoires dans les pays étrangers en créant les obstacles aux intrants et la croissance des opérations internationales comme les transactions en devises étrangères.C’est un mouvement de mondialisation et de délocalisation où les banques diversifient leurs produits et services dans plusieurs pays et ne peuvent pas nécessairement avoir une présence physique à l’étranger.

Les banques deviennent globales pour plusieurs raisons:- Diversifier entre les économies pour être moins dépendant des conditions d’un seul pays.- Faire des affaires en face-à-face avec des sociétés multinationales et leurs filiales.- Expansion et croissance des opérations bancaires internationales.- Nécessite l’intégration des opérations multinationales au réseau mondial:-Changements dans la communication et la technologie.-Globalisation et développement des marchés financiers.Il est décrypté par:1- Banques étrangères traditionnelles- Transactions en monnaie nationale- Financement du commerce international- Autres transactions internationales2- Opérations bancaires Euro currency- Participation de la Banque aux opérations de change- Transactions avec les résidents et les non-résidentsDe plus, l’extension internationale des banques est toujours associée à leur taille, internationalel’expérience et la nature des affaires domestiques et internationales.D’une part, les opérations de base avec lesquelles une banque est développée dans un contexte international et réseau bancaire sont les deux suivants: financier et de crédit. D’autre part, le fonctionnement de la banque internationale est complétée par les services sur le marché bancaire des étrangers pays soit de manière directe ou indirecte.La banque internationale joue un rôle important de facilitation et de développement: le financement du commerce extérieur, services financiers internationaux et autres services bancaires d’investissement, devises et international transferts de paiement. La principale motivation pour la décision des banques d’entrer dans le international les marchés sont des coûts marginaux faibles; profiter des connaissances et de l’expérience pour gérer dans le marchés nationaux et internationaux, prestige, croissance, innovation, réduction des risques, etc.

Il existe un certain nombre de motivations proactives et réactives pour les banques à s’internationaliser.Les motivations proactives surviennent lorsque la banque possède un avantage de profit, des produits uniques, avantage technologique, avantage fiscal et économies d’échelle. Les motifs réactifs sont forcés sur l’entreprise en raison des pressions concurrentielles sur le marché intérieur, surproduction, surcapacité, saturationmarchés domestiques et la proximité des clients.
Pourquoi les banques s’internationalisent1- Expansion basée sur la FDILa théorie de l’expansion internationale par les banques est fortement basée sur l’IDE dans le secteur manufacturier.Ces théories indiquent que les entreprises se livrent à l’IDE en raison des imperfections du marché, donc des entreprisesles avantages spécifiques à l’entreprise peuvent s’internationaliser malgré la responsabilité de l’étranger.Essentiellement, les entreprises peuvent se développer à l’international pour exploiter les opportunités du marché, réaliser économies d’échelle et impact géographique, acquérir des expériences, des compétences et des ressources dans de nouvelles les marchés.2- L’internationalisation pour rechercher des opportunités de profit et de croissance3- L’internationalisation pour rechercher l’efficacitéLes banques ont parfois des qualités et des atouts qui leur procurent un avantagel’ouverture sur le marché étranger, car il est capable de fonctionner plus efficacement. Ceux-ci comprennent le taille de la banque, degré d’internationalisation (DOI), canal de distribution et diversification des risques.4- Internationalisation en raison de la pression concurrentielle et de la réaction oligopolistiqueLa structure et la compétitivité des marchés bancaires d’origine influencent parfois la conduite des banques, leur performance et leur efficacité. le degré de concurrence sur un marché bancaire a été évalué par la présence de réglementationsqui encouragent les activités multiples des banques et aussi la conte stabilité, qui est la facilité d’entrée par les banques, y compris les banques étrangères .Un marché bancaire compétitif signifie que certaines banques sont évincées du marché et embarquées sur l’entrée sur le marché étranger pour trouver de meilleures marges et profits.

SECTION 2. Types de banques internationalesLa banque internationale est un type de banque qui existe dans les pays internationaux. C’est une entité financière qui offre des services financiers, des possibilités de prêt et des comptes declients.Les banques internationales peuvent être organisées par les produits et services qu’elles offrent. Les banques de détail commencent offrant un service et une opportunité d’investir sur le marché mondial puis ils deviennent internationalisé. Ceci est fait par combiner des fonctionnalités de banque d’investissement.Les opérations bancaires internationales peuvent être classées dans les types suivants:1- Filiales et banques affiliéesFiliale est un type de banque internationale qui est unie dans le pays d’intendance, mais est considéré être détenu par une banque d’origine étrangère dans un autre pays soit complètement ou partiellement.Une banque affiliée peut travailler de manière indépendante et n’est pas entièrement détenue par une société d’origine.2- Les succursales étrangèresUne banque de succursale étrangère est un type de banque étrangère qui suit les règlements des pays.Parce que les limites de prêts des banques étrangères sont basées sur le capital de la banque d’origine, les banques étrangères peut fournir plus de prêts que les banques subsidiaires. Ces banques activent dans les pays étrangers à la banque d’origine à laquelle ils sont légalement associés.3- Centre des unités bancaires offshoreUne unité bancaire offshore (OBU) est une succursale située dans un centre financier international.Les unités bancaires offshore (OBU) sont un type de système bancaire dans un pays qui permet aux comptes étrangers, faire des prêts sur le marché des euromonnaies lorsqu’ils acceptent des dépôts de banques étrangères et d’autres OBUs. Les activités des OBU sont illimitées par les autorités monétaires locales ou les gouvernements, mais elles sont interdit d’accepter les dépôts domestiques.

SECTION 3. Dimensions définissant l’internationalisation
Il y a trois dimensions définissant l’internationalisation: Opération, Propriété et Orientation.La dimension opération reflète la pénétration du marché étranger d’une entreprise etl’indépendance sur le marché étranger, comme un certain nombre de subventions étrangères du total des subventions.La dimension de propriété reflète la production étrangère d’une entreprise.La dimension d’orientation représente la stratégie d’entreprise, la structure et le style de gestion sont orienté vers l’international.Pour les banques, il y a deux raisons d’internationaliser: l’une est la participation internationale et l’autre est l’expansion internationale.Sur la base des activités bancaires, trois types différents de banques multinationales peuvent être identifiés:a.) Banque de détail multinationale:Ce type de banques fournit des services bancaires individuels, tels que des prêts personnels, des cartes de crédit et services hypothécaires, sur les marchés. L’expertise en gestion et le savoir-faire marketing seront les principal avantage pour gagner des clients.b.) Banque de services multinationale:Donner aux sociétés multinationales des services financiers pour soutenir leurs affaires est substantiel.La relation client à long terme est beaucoup plus importante dans ce type de banques difficiles à rivaliser avec.c.) Services bancaires de gros multinationaux:Les banques aident les clients à faire face à d’énormes transactions en espèces entre les frontières par euro test marché pour minimiser les coûts. Ce type de banques a économique d’échelle sur l’information d’investissement surconseil financier.

SECTION 4. Avantages de la banque mondiale
– Réalisation des économies mondiales- Avantages de l’identification sur les marchés financiers internationaux- Des divisions d’affaires efficaces- Expérience et connaissance- De meilleurs marchés financiers- Ouverture du marché et développement- Émergence d’institutions financières non bancaires
Chapitre 2« Déterminants des banques commerciales d’internationalisation »SECTION 1. Déterminants de l’internationalisation des banques commerciales
Les motivations de l’internationalisation des banques commerciales peuvent être classées dans l’initiative et nouveaux motifs d’internationalisation. Les motifs conventionnels généralement déclarés : internationalisation pour les banques commerciales comprennent la détermination et les possibilités de suivre le client, besoin de rechercher les marchés étrangers, les facteurs de coût et le risque financier et politique diversification.L’expansion internationale des banques est fonction des investissements étrangers directs et du commerce.Cette stratégie d’internationalisation est basée sur la nécessité d’utiliser dans d’autres paysrelations d’affaires avec des entreprises du pays d’origine.

SECTION 2. Déterminants des activités d’innovation
1- Modèle d’internationalisation liée à l’innovationCe modèle se concentre sur la séquence d’internationalisation et d’apprentissage dansconnexion avec l’adoption de l’innovation. Le modèle examine la façon dont l’entreprise procède dans le processus d’internationalisation et de proposer le processus comme une série de niveaux avec des périodes de récession, affecté par le degré de part dans l’économie mondiale.L’innovation joue un rôle important dans la performance économique des entreprises de services et des banques.En effet, la plupart d’entre eux ont toujours tendance à investir et à développer de nouvelles technologies, à assumer de nouvelles techniques de production, innover et lancer de nouveaux services sur les marchés nationaux et étrangers.L’orientation internationale peut aider les entreprises et les banques à accroître l’efficacité de leur connaissances pour le savoir-faire en innovation. Dans ce contexte, nombreux sont les services que les entreprises ont trouvés opportunités et de nouvelles façons d’internationaliser leurs activités commerciales.

Cette stratégie d’internationalisation leur permet de gagner en termes de productivité et d’élargir la taille des marchés dans lesquels ils agissent. Dans le but d’encourager les entreprises à promouvoir leur capacité d’innovation, certaines autorités publiques s’ingèrent dans l’adoption de politiques visant à la croissance des opérations internationales. De plus, la diversité des liens que les entreprises développent avec leur environnement étranger est un déterminant important des capacités d’innovation et de développement des produits. Ainsi, les entreprises obtiennent une position en adaptant leurs produits ou services et en trouvant de nouvelles façons pour aider les clients à travers les frontières.

Les innovations financières et les avancées technologiques, ainsi que les changements économiques et financiers, encourager l’expansion transfrontalière.Les innovations financières sont une garantie pour les banques de réaliser des économies d’échelle et de créer de la valeur.Ainsi, la création de nouveaux moyens tels que les services bancaires en ligne crée de nouvelles opportunités et génère performance. En plus de toutes les innovations financières, les règlements bancaires financiers peuvent avoir implication pour les stratégies bancaires internationales.2- Déterminants des activités d’innovation dans le secteur des entreprisesLes déterminants des activités d’innovation dans le secteur des entreprises sont l’une des questions qui plus d’attention dans les recherches théoriques et empiriques dans le domaine de l’économie de l’innovation.Cela développe une approche économétrique pour analyser les décisions des entreprises d’innover au Liban.Plus précisément, analyser l’impact des caractéristiques de l’entreprise, environnement de la concurrence, humain capital, activités de R & D, partenariat et transfert technologique sur les services, les processus, les ou l’innovation marketing.Dans le même temps, la part de marché a un effet positif mais non significatif sur l’innovation. Nous avons aussi trouver une relation statistique significative entre les activités de R & D, les partenariats et les transferts avec décision d’innovation des entreprises libanaises.Un certain nombre de facteurs peuvent accroître les avantages de l’innovation pour les grandes entreprises les marchés par rapport aux petites entreprises.Premièrement, les grandes entreprises peuvent tirer un avantage total plus important des innovations de procédé qui réduisent la production. coûts: une baisse des coûts entraînera des économies plus importantes si elle est appliquée à un plus grand nombre d’unités de production
Deuxièmement, les grandes entreprises auront tendance à se diversifier dans un certain nombre de produits différents probabilité de bénéfices obtenus à partir de nouveaux produits et procédés dans des pays étrangers.

Troisièmement, les grandes entreprises peuvent être en mesure de commercialiser de nouveaux produits plus efficacement, ce qui augmente la valeur de développement de nouveaux produits et innovation.

Chapitre 3
“les dynamiques de l’internationalisation”
Les stratégies d’internationalisation ont longtemps été au centre des affaires internationales et mondiales recherche stratégique. Alors que les grandes théories ont fondamentalement contribué à la compréhension de processus d’internationalisation, ils n’ont pas encore pleinement expliqué les différences de croissance et de Taux de survie.En adoptant une perspective de capacité dynamique, nous soutenons qu’il existe deux classes opposées de capacités d’exploration et d’exploitation différentiellement liées aux variables de sortie. Nous présentons le notion de capacités de troisième ordre pour équilibrer les compromis et maximiser l’internationalisation performance.La dynamique de l’internationalisation correspond à une ouverture dynamique des marchés étrangers des pays; il est internationalisé lorsque son marché national est saturé, ou si les produits ne sont pascorrespondre au marché national.La stratégie d’internationalisation répond aux besoins du contexte international en mutation(globalisation du marché).Le commerce international est une discipline basée sur plusieurs théories (flux commerciaux et financiers).L’étude des déterminants se déroule en 3 étapes:
Mesure du degré d’activités de la mondialisation.

Développement d’une stratégie d’approche internationale.

Détermination du degré d’activité d’internationalisation.

Chapitre 4
“Les stratégies de l’internationalisation”
SECTION 1. Stratégies d’internationalisation des banques de marchés émergents:Défis et opportunités
Stratégie internationale:
C’est une stratégie que l’entreprise vend ses services dans plusieurs marchés étrangers. Il est appelée diversification géographique et considérée comme une stratégie de croissance.Associés d’affaires internationales à toute situation où la production ou la distribution de services passe les frontières du pays. La mondialisation développe de meilleures opportunités pour les entreprises internationales. Tel l’internationalisation peut avoir lieu en termes de marchés, où les barrières commerciales sont en baisse et l’acheteur les préférences changent, comprennent un domaine complet d’échanges de services ou de ressources à l’étranger entre deux ou plusieurs nations.L’internationalisation des entreprises est l’expansion et le développement des activités d’une entreprise à l’étranger les marchés. C’est une stratégie commerciale influencée par des forces internes et externes; proactivement ou de manière réactive, tels que les bénéfices, les objectifs de croissance, les économies d’échelle, les opportunités sur les marchés étrangers et pressions concurrentielles.L’expansion des affaires sur les marchés étrangers relève des défis culturels qui traversent les frontières cultures commerciales et organisationnelles. Lorsque les coûts d’exploitation augmentent, les entreprises peuvent avoir des fonds insuffisants pour investir sur les marchés étrangers et ils font face à la concurrence déloyale des entreprises dans les marchés étrangers.Diversification internationale: Une stratégie dans laquelle une entreprise développe la vente de services à travers le frontières des pays mondiaux et étrangers dans différents marchés géographiques.

1- Diversification internationale et innovation, Possibilité d’obtenir des retours sur les innovations tout en diminuant les risques d’investissements en R & D ,présenté de nouveaux produits et processus et la possibilité de pénétrer ces nouvelles connaissances dans opérations2- Potentiel d’avantage concurrentielo Localisation des activitéso Transfert de compétenceso Activités de coordination
SECTION 2. Stratégies d’internationalisation
Une stratégie internationale signifie que les affiliés internationaux continuent de s’elles étaient des entreprises locales, avec une coordination minimale de la société d’origine.La coordination des activités stratégiques est le degré auquel les activités stratégiques des entreprises dans plusieurs pays sont planifiés et réalisés de manière interdépendante à l’échelle mondiale pour exploiter les synergies existent par différents pays.La normalisation des produits est la mesure dans laquelle un produit, un service ou un processus est normalisé plusieurs pays. Une stratégie internationale suppose que la filiale réponde aux besoins nationaux les besoins de l’entreprise.

Les différentes stratégies d’internationalisation:
Les banques qui participent à cette expansion internationale peuvent envisager de le faire à travers deuxstratégies:
la stratégie d’exportation ou la stratégie d’investissement direct.

La stratégie d’exportation consiste à maintenir les unités de production dans le pays de la banque et à pénétrer les marchés étrangers “de l’extérieur”.

L’autre stratégie d’internationalisation consiste à réaliser des investissements directs dans des pays étrangers transférer ses sites de production (IDE, investissements directs à l’étranger …).

Chapitre 5 “Comment l’internationalisation influence-t-elle le comportement de la banque ?”
L’internationalisation a pris des formes diverses, notamment à travers la croissance de grandes multinationales entreprises. Pour la banque, cela représente souvent une puissante opportunité de développement et d’innovation mais peut également inclure des limitations et des difficultés.Expansion internationale des affaires est le processus d’expansion d’une banque ou d’une entreprise de la nationale ou marché intérieur sur les marchés internationaux et mondiaux dans les pays étrangers. Il provoque le flux de nouvelles idées et services à travers le monde et développement de nouveaux produits.Les entreprises s’internationalisent pour plusieurs raisons, mais l’objectif typique est la croissance de l’entreprise ou expansion. Lorsqu’une entreprise engage des employés internationaux ou cherche de nouveaux marchésPour les pays étrangers, une stratégie internationale peut aider à diversifier et développer une banque ou des entreprises.Market Seeking: La recherche des marchés est un moyen de développer et de vendre des produits dans une région qui n’aurait pas accès.Économique: augmentation des profits et des économies sur les dépenses.Stratégique: Développer la taille et les produits de l’entreprise et travailler pour réduire les risques potentiels de garder dans un marché.Raisons d’entrer sur le marché international:1- Augmenter les ventes: Si l’entreprise a un produit unique ou un avantage technologique non jetable aux concurrents internationaux, cet avantage devrait avoir une incidence sur le succès des grandes entreprises étrangères des pays. Global peut se permettre de nouvelles sources de revenus, générer de meilleurs rendements sur les investissements et assurer le succès à long terme pour une entreprise.2- Croissance et rentabilité: plusieurs entreprises pénètrent sur les marchés mondiaux pour la croissance et le développement. Présenter de nouveaux produits à l’international peut élargir leur clientèle, leurs ventes et leurs revenus.3- Accroître l’innovation: élargir la base de clientèle au niveau international peut aider à financer de nouveaux produits développement et innovation.4- Exclusivité: la direction de la Société peut obtenir des informations exclusives sur les marchés étrangers les clients et les marchés qui ne sont pas connus des autres.5- Économies d’échelle: L’exportation est un excellent moyen de développer des affaires avec des produits qui sont plus largement accepté dans le monde.6- Diversification des risques: plusieurs entreprises changent dans le monde pour pouvoir se diversifier. Vente produits dans plusieurs pays réduit l’exposition de l’entreprise à l’économie.7- Créer de nouvelles idées et opportunités pour les banques et les entreprises8- Diversifier le produit
Chapitre 6″ Financement du commerce international ”
SECTION 1. Financement du commerce international
1- Financement du commerceLe financement du commerce associé au processus de financement des activités et lié au commerce et Échange international. Le financement du commerce comprend des activités telles que le prêt, l’émission de lettres de crédit, l’exportation crédit et assurance. Il est composé d’importateurs et d’exportateurs de sociétés, de banques, d’assureurs et d’exportateurs agences de crédit et autres fournisseurs de services.Le risque dans le financement du commerce international consiste à:- Non-paiement- Services incorrects reçus- Problèmes de devisesInternational Business Transactions est un principe clé dans toutes les transactions, faire pour maximiser les ventes et profits tout en même temps.Le risque dans les transactions internationales comprend:- Risque juridique- Risque politique- Risque du marché- Risque financier2- Finances et commerce internationalPremièrement, la dépendance financière externe des entreprises semble être un déterminant clé des résultats à l’exportation. Les entreprises ou secteurs plus vulnérables exportent moins que les autres. De plus, l’insuffisance financière développement et les crises financières nuisent davantage aux exportations lorsque les entreprises ou les secteurs dépendent sur les finances externes.Deuxièmement, le financement du commerce, tel que les lettres de crédit ou l’assurance commerciale, joue un rôle dans le financement du commerce et fournit un puissant canal de transmission pour les chocs financiers et la crise bancaire.Enfin, nous confirmons la complexité de la relation entre la finance et le commerce. D’un côté,la finance est également conduite par les modèles commerciaux tels que la causalité entre les deux phénomènes est bidirectionnel. D’autre part, il existe des interactions institutionnelles entre la finance et le commerce réforme.

L’internationalisation des services financiers est un enjeu important pour le renforcement et lalibéraliser les systèmes financiers dans les pays en développement. Il y a eu un soutien considérable pour la considère que l’internationalisation peut aider les pays à construire des systèmes financiers plus stables et efficace en introduisant des normes et des pratiques internationales. En même temps, il y à préoccupations au sujet des risques que l’internationalisation peut comporter pour certains pays, notamment l’absence de structures réglementaires suffisantes. Ils examinent différents aspects de cette discussion, les avantages et les coûts relatifs de l’internationalisation et, ensemble, fournir un aperçu de la diversité et l’importance des effets de l’internationalisation sur les systèmes financiers nationaux.L’exportation est maintenant la référence pour le commerce international. Il présente les concepts qui doivent être contrôlés afin de développer et d’étendre les positions de l’entreprise sur les marchés étrangers qui se développent nouvelles technologies de l’information et de la communication.L’exportation suppose une structure groupée en 8 parties:- Connaître les marchés- Assurer la présence de produits- Développer la politique commerciale- Gérer la dimension financière et les opérations internationales- incorporer la dimension juridique- renforcer les positions internationales de l’entreprise.

SECTION 2. Marchés des changes
Le marché des changes est le marché sur lequel les participants peuvent acheter, vendre, échanger et spéculer sur des appareils. Les marchés des changes sont composés de banques, deles entreprises, les banques centrales, les sociétés de gestion de placements et les hedge funds.Le marché des changes est considéré comme le plus grand marché financier du monde.Le marché des changes est un réseau mondial en ligne où les traders achètent et vendent des devises. Il fonctionne 24 heures par jour, sept jours par semaine et n’a pas d’emplacement physique et. Il définit le taux de change pour les devises à taux variable.Ce marché mondial a deux niveaux. Le premier est le marché interbancaire. C’est là que se trouvent les plus grandes banques échanger des devises entre eux.Le deuxième est le marché OTC (over the counter).Le trading de devises est un contrat entre deux parties. Il y a trois types de métiers.Le marché au comptant est le prix de la devise au moment du commerce. Le marché à terme est un accord change le prix des devises à la date future. Un échange de swaps implique les deux.Les revendeurs achètent généralement une devise sur le marché au comptant et vendent le même montant sur le marché à terme. Il a limité ses risques à l’avenir.

Marché interbancaire
Le marché interbancaire est un réseau de banques qui négocient des devises entre elles. Chacun a un bureau de commerce de devises connu comme un bureau de négociation. Ils sont en contact les uns avec les autres en permanence.Cela garantit que les taux de change sont identiques partout dans le monde.Un million de la monnaie est en cours de négociation.Les banques insèrent également dans le marché SWIFT. Cela leur permet de transférer des devises entre elles.SWIFT signifie pour la Société pour les Télécommunications Interbancaires Mondiales.Les banques négocient pour créer des profits pour elles-mêmes et leurs clients. Quand ils négocient pour eux-mêmes, c’est appelé trading pour compte propre (prop trading). Leurs clients comprenaient les gouvernements, la fortune souveraineles fonds, les grandes sociétés, les hedge funds et les particuliers fortunés.

Chapitre 7
“L’impact de l’internationalisation sur la performance des banques”
L’internationalisation a un impact relativement limité sur la banque. Au contraire, les déterminants des banques le risque est le pouvoir de marché et la rentabilité comme la taille de leurs actifs financiers.Les banques dont la part des actifs à l’étranger est la plus faible, directement par leurs succursales nationales ou étrangères, ont pouvoir de marché plus élevé dans leurs pays d’origine. Les grandes banques qui n’ont pas de présence étrangère avoir moins de pouvoir sur le marché.Les banques bénéficient de leur présence étrangère.Les banques qui possèdent une présence étrangère dans plusieurs pays étrangers sont plus susceptibles d’exposer probabilités moyennes de détresse.

SECTION 1. Les facteurs comportementaux du processus d’internationalisation
– Barrières perçues pour l’internationalisation par la banque:o Barrières internes: prix de l’offre de produits ou services bancaires et coûts élevés souvent liés aux activités internationales.o Obstacles externes: insuffisance de fonds, information, soutien public et difficultéspaperasserie associée à la distribution.- L’expansion d’Internet a permis aux entreprises de toutes tailles de s’engager dans des activités internationalesDonc la relation entre les barrières d’internationalisation et la taille des entreprises alors que plus petit, les entreprises éprouvent souvent les obstacles plus forts que les plus grands.- Les industries les plus internationalisées incluent le commerce, la fabrication, la communication et la recherche.En raison de son rôle important dans le commerce international des pays, les entreprises sont considérées comme des joueurs dans les économies et est donc devenu un domaine attrayant à explorer.

Les entreprises des pays en développement seront influencées par les relations de réseau qui:a- Choisissez le mode d’entrée.b- Choisissez le marché à entrer.Les décisions des firmes d’internationaliser pourraient être considérées comme le résultat de leur participation dans différents réseaux internationaux formels et informels formés par les principaux partenaires, parents, employés, liens ethniques, clients, fournisseurs, agents, distributeurs, etc.Ces réseaux internationaux sont des sources importantes d’opportunités d’affaires à l’étrangermode d’entrée.- Les entreprises seront affectées par l’expérience d’aider les clients étrangers.Les entreprises vont commencer leurs activités internationales en tant que fournisseur de sociétés étrangères pour obtenir des expérience et crédibilité initiale.- Les entreprises seront affectées par la demande des pays étrangers dans le choix du marché étranger.- Les entreprises seront influencées par la présence de grands réseaux du pays d’origine dans le pays de base.Ces réseaux offrent la possibilité aux entreprises d’origine de les suivre à travers plusieurs pays et les forcer à étendre leurs activités lorsque leurs services sont requis dans plus d’un pays.

SECTION 2. Comment l’internationalisation affecte la performance de l’entreprise
Les entreprises internationales ont développé des activités internationales aux multiples facettes.Les entreprises, influences de la mondialisation, sont de plus en plus contraintes de réfléchir et de faire des actes internationalement. L’internationalisation des entreprises a un intérêt limité pour l’exportation et l’importation, mais est devenue une activité commerciale plus différenciée, y compris la sous-traitance ainsi que coopération commerciale. Les entreprises peuvent être impliquées dans des partenariats transfrontaliers et à l’étranger investissements pour obtenir de nouvelles opportunités.Technologies de communication et infrastructure de transportL’une des forces majeures permet la mondialisation économique et l’internationalisation des entreprises est la prolifération des technologies de communication et des services de logistique efficaces qui ont attaqué frontières nationales et distance.

Services logistiquesUne étude de la Banque mondiale sur la performance logistique – “Connecting to Compete” – contient un index contenir une enquête auprès des professionnels de la logistique qui respectent l’environnement logistique dans les pays où ils travaillent, en fournissant des informations sur la qualité des infrastructures et la performance des services de base.

Chapitre 8
“Risque de Banque international”
Le développement de la technologie commerciale a conduit à une croissance nationale et internationale processus d’affaires. Cette croissance contribue à augmenter la demande et les services bancaires à l’étranger devises.Le système bancaire international joue un rôle important dans le succès économique des paysdans le monde entier et il est important qu’il conserve la croissance probable.Les risques sont des menaces et des obstacles à la croissance de la banque internationale. De même, les risques bancaires sont important car ils menacent la sécurité financière des personnes.Comme les pays étrangers ont des environnements politiques et commerciaux différents, cela se penche sur les risques auxquels fait face le système bancaire international.Les types courants de risque bancaire international sont le risque politique, le risque de change, le risque de marché et risque souverain.

Risque politique:Le risque politique est le risque que les rendements d’un investissement pourraient assumer à la suite de changements politiques.L’instabilité affectant les rendements d’investissement pourrait résulter d’un changement de gouvernement, d’autres créateurs de politiques. Le risque politique est également connu sous le nom de «risque géopolitique», et sera plus d’un facteur que l’horizon temporel d’un investissement devient plus long.

Risque d’échange:
Chaque pays a son système monétaire approprié car la monnaie d’un pays n’est pas encirculation dans l’autre pays. Ainsi, une monnaie est échangée contre une autre monnaietaux. Le taux de change semble fluctuant, entraînant un risque de perte pour les participants auEntreprise.

Risque du marché:
La concurrence dans les affaires internationales est difficile et les conditions du marchchangent fréquemment. Il ne peut pas devenir possible pour une entreprise à effectuer sur les marchés internationaux.

Risque souverain :
C’est le risque qu’une banque centrale étrangère change sa réglementation des changes,réduire la valeur de ses contrats de change. Le risque souverain est le risque qu’un étrangerpays ne paiera pas les remboursements de la dette ou ne respectera pas les paiements de la dette souveraine.En ce qui concerne l’internationalisation des activités bancaires, le risque important est le «paysrisque”.Le risque pays est un groupe de risques associés à l’investissement dans un pays étranger. Ces risques comprend le risque politique, le risque de change, le risque économique, le risque souverain et le risque de marché. le risque de blocage du capital. Le risque pays varie d’un pays à l’autre, ce qui est attaché fondamentalement aux déficits publics et au débit de l’État; ils pourraient être se remettre des techniques de financement international. Certains pays ont un risque élevé décourager l’investissement étranger.

Le risque pays a deux aspects:a) Il y a le risque que la nouvelle situation politique n’admettra pas les actions et les engagements passés.b) Il existe un risque de non-paiement des prêts en raison d’un développement défavorable dans la balance des paiements.

Étude de cas
“Risque d’internationalisation sur le secteur bancaire au Liban”
Introduction
“Le système bancaire mondial a radicalement changé ce qui fait que les banques rencontrent des difficultés et découvrir des opportunités tout en développant leur activité. Dans cet environnement de plus en plus saturé, les banques existantes commencent à trouver un moyen d’étendre leurs territoires à l’étranger pour mettre en place des barrières à l’entrée. Au Liban, en raison de banques excessives, d’une petite échelle économique et de services financiers , l’industrie financière est plus compétitive que sur les autres marchés, ce qui entraîne la propagation des taux d’intérêt devient de plus en plus étroit. Par conséquent, l’internationalisation est la seule de la solution principale pour que la banque gagne plus de profits au Liban.Le secteur bancaire libanais a joué un rôle important dans le maintien de l’activité économique qui réponde à la demande de crédit du secteur privé. (Dépôts de clients Libanais)les banques commerciales ont représenté 302,7% du PIB en 2015, soit l’équivalent de 155 milliards USD, augmenter de 7,34% par rapport aux niveaux de 2014 et fournir la liquidité nécessaire pour financer les besoins de l’économie dans les secteurs privé et public.

Comme le montre le tableau 1, la pondération du PIB libanais a chuté de 2% en 2014 à 1% en 2016
2014 2015 2016 2017 2018
Croissance PIB (%) 2 0.8 1 1.5 2
Inflation(moyenne annuelle) 1.9 -3.8 -0.8 4.5 4.8
Solde budgétaire (%PIB) -28.1 -19.6 -23.3 -20.5 -19
Solde du compte courant (%PIB) -6 -7.3 -9.2 -7.3 -8.7
Dette publique 134.8 139.4 144.3 150.1 153.2
Pendant que les banques recherchent plus de profits à l’étranger, est ce que les banques diversifient-elles leur allocation d’actifs pour réduire le risque ou de prendre plus de risque de facteur spécifique au marché ?
“Certaines preuves montrent que les banques internationales peuvent diversifier leurs risques en évaluant à l’échelle mondiale marché financier qui soutient l’hypothèse de diversification. Alternativement, risque de marché l’hypothèse suggère que l’internationalisation augmente le risque des banques. L’internationalisation ne signifie pas abandonner le marché intérieur, mais fournir desentreprises avec des services bancaires afin que les banques peuvent tenir leur position nationale et peuvent avoir plus capable d’assurer l’expansion bancaire. Cependant, comment l’activité d’internationalisation bancaire affecte le risque a été sauvagement concerné.Cette thèse construit la structure de recherche pour étudier la relation entrel’internationalisation et le risque des banques au Liban en utilisant un échantillon de 40 observations de banques de 2008 à 2018.

-250257433605 Le Plan procède comme suit. La section 2 passe en revue quelques recherches sur l’internationalisation et le risque.La section 3 décrit les données, les variables et la méthodologie empirique. La section 4 présente un résumé statistiques, résultat de régression et corrélation sérielle.La section 5 est la conclusion.

2- Internationalisation et risque bancaire
Certains soutiennent que les banques internationales peuvent diversifier leurs risques en évaluant les marché. Certains montrent qu’à partir d’un point de variance moyenne de la banque gains estimés considérablement de l’allocation de l’actif bancaire dans transfrontalier.Cependant, d’autres ont une autre opinion sur l’impact de l’internationalisation sur le risque.Les banques internationales peuvent tirer parti de la diversification du portefeuille en réduisant leur risque, mais en effet peut être compensé par des incitations allant dans la direction opposée les conduisant à prendre des risques , d’autres trouvent également qu’une relation positive entre l’internationalisation et le risque bancaire, et le résultat est la robustesse examinée par différentes mesures et modèles économétriques.

Pour analyser l’internationalisation du risque bancaire, nous utilisons Z-score pour mesurer ce qui est défini comme la somme du rendement moyen des actifs d’une banque et du ratio moyen de capitalisation divisé par la norme écart de rendement sur les actifs. Le score Z est une méthode courante pour mesurer le risque et a été utilisé dans de nombreuses littératures bancaires empiriques pour refléter le risque d’insolvabilité qui distance de défaut. Z-score évalue également le risque bancaire individuel et la stabilité financière globalequi peut être facilement calculé en utilisant des données comptables. Par conséquent, nous suivons également cette mesure pour évaluer le risque.

3- Méthodologie et cadre
3.1- DonnéesNous nous concentrons sur les banques commerciales au Liban, et assemblons des données trimestrielles de la Banque centrale du Liban qui contient des états des résultats, bilans (se référer également aux états financiers position), et les principaux ratios financiers de toutes les banques commerciales libanaises. Les données couvrent la période de 2008 à 2018 pour 40 banques sur l’ensemble de la période d’échantillonnage. Selon le rapport du Liban, il existe 64 banques commerciales et 50 participations financières (holding).3.2 Mesures de risqueLa mesure principale de la prise de risque des banques est le score Z évalué comme le rendement moyen des actifs plus le ratio de capitalisation moyen ,divisé par l’écart-type deretour sur les actifs( Equity / Total asset),. L’écart-type du rendement des actifs est calculé sur les 12 périodes précédentes.De plus, plusieurs mesures de risque standard basées sur des données comptables sont utilisées dans l’étude.1) Écart-type du rendement des capitaux propres (ROE Stdv.): Il est évalué sur 12 trimestres,où le rendement des capitaux propres (RCP) correspond au bénéfice net divisé par le total des capitaux propres.2) Taux de rendement des capitaux propres ajusté au risque (RAROE): RAROE est défini comme le ratio de ROE moyen à son écart-type en utilisant la base de roulement de 12 trimestres.

3.3 Mesures d’internationalisationPlusieurs méthodes pour évaluer le degré d’internationalisation bancaire:1) Ratios des avoirs étrangers (FAR): La principale mesure de l’internationalisation bancaire calculer l’actif étranger d’une banque divisé par l’actif total.2) Mannequin d’internationalisation de banque: Si une banque a des actifs d’outre-mer, nous prenons la valeur 1, sinon 0.3) Ratio des prêts étrangers (FLR): Le ratio des prêts étrangers d’une banque au total des prêts de la banque.4) Ratio des dépôts à l’étranger (FDR): Dépôts étrangers d’une banque au total des dépôts de la banque.

3.4 Variable de contrôle
1. Diversification du revenu (DIV): la banque d’internationalisation peut bénéficier du portefeuillediversification, mais cet effet peut les conduire à prendre des risques plus excessifs.Une mesure de la diversification entre différentes sources de revenus, calculée comme
NIINII+NOI2+NIINII+NOI2Les activités des banques commerciales sont classées entre traditionnelles (dépôts et prêts)et non traditionnels (négoce de titres et de devises et fourniture de services payants).Envisager la diversification des revenus en deux catégories:Revenu net d’intérêts (RNI): revenu d’intérêts – frais d’intérêtsLe revenu autre que d’intérêts comprend le revenu de placement, le revenu de change, le gain (ou la perte) lors de la vente de titres, du revenu du compte de négociation et des commissions et frais.

2. Taille: Le journal des actifs totaux en tant que mesure de la taille de la banque. Les grandes banques ont tendance à mieux survivre dans la compétition pour avoir une plus grande qualité des actifs et d’être plus endetté conduit les banques dans une course à l’expansion.De plus, les grandes banques sont beaucoup plus diversifiées et stables, profitant des avantages économiques échelle.Cependant, les grandes banques sont plus risquées et créent un risque systémique plus important lorsqu’elles ont des capitaux financement moins stable ou lorsqu’ils s’engagent davantage dans des activités axées sur le marché ou sont plus structurés complexe.

3. Liste: Une variable fictive qui prend une valeur de 1 si la banque est cotée en bourseet sinon 0.

4. Financial Holding Company (FHC): Une variable fictive qui prend de 1 si la banque estdétenue par une société de portefeuille bancaire et 0 autrement.

5. Frais généraux (OHC): Afin de saisir la structure des coûts d’exploitation de la banque, notre étude l’évalue comme le rapport entre le total des dépenses d’exploitation des banques et le total des actifs et des coûts indirects.3.5 Modèle empirique
Pour étudier la fonctionnalité de données, nous employons l’analyse un variée. Nous calculons moyenne, moyenne, écart-type, et deux échantillons t-test pour dériver les statistiques descriptives afin d’éviter à partir de la colinéarité dans une analyse plus poussée, l’analyse de corrélation est utilisée.Ensuite, nous conduisons le modèle de régression multivariée Ordinal Least Square (OLS) pour estimer la relation entre l’internationalisation de la banque et le risque. Pendant ce temps, afin de contrôler les caractéristiques de la banque individuelle et l’effet saisonnier, nous incluons des variables de contrôle importantes et les variables nominales saisonnières.
Nous utilisons le modèle suivant pour estimer notre étude:???? i, t-k + 1, t = ? + ?1 ? ???????????????????? i, t-k + ?2 ? ???????? i, t-k + ?? + ? i, t-k + 1, toù le risque est mesuré par Z-score et il est une variable dépendante, l’internationalisation et la banque , les contrôles sont la variable indépendante et ? est un terme d’erreur.Étant donné que le risque est probablement corrélé au sein d’une banque au fil du temps, nous ajustons les erreurs standard pour le regroupement à le niveau de la banque.Les variables de risque sont mesurées sur les k trimestres de t-k + 1 à t, tandis que les variables indépendantes sont mesurés dans le trimestre t-k pour s’assurer qu’ils sont prédéterminés par rapport à la dépendante variable.

4- Analyse empirique
Dans cette session, nous analysons l’impact de l’internationalisation sur le risque bancaire.Tout d’abord, nous décrivons simplement les statistiques récapitulatives des variables et certaines caractéristiques des banques.Deuxièmement, nous menons l’analyse de régression pour démontrer la relation d’internationalisation et le risque bancaire sous les variables de contrôle de certaines banques et durent la corrélation.L’analyse uni variée est l’analyse descriptive d’une variable simple.Le but est de décrire la caractéristique d’un échantillon en quelques-uns comprennent des nombres.

La distribution de fréquence est le nombre de termes, une caractéristique d’une variable est observée dans un échantillon.La tendance centrale est une estimation du centre d’une distribution de valeurs.Moyenne: moyenneMédiane: valeur moyenne d’un groupe hiérarchisé.

4.1 Statistiques sommaires4.2 Analyse univariéeLe tableau 2 représente les statistiques sommaires
INCLUDEPICTURE “/var/folders/s8/929kpcdn5gqcfdgclwqslbs00000gn/T/com.microsoft.Word/WebArchiveCopyPasteTempFiles/page48image1828704” * MERGEFORMATINET
Les statistiques sont la collection; l’organisation et l’interprétation des données, il existe deux catégories de Statistiques:Statistiques différentielles : valeurs qui déduisent les résultats d’un échantillon à la population à partir de laquelle l’échantillon est tiré.Descriptif dans lequel décrire, organiser résumer les données et caractériser l’échantillon étudié.Il est déterminé si l’échantillon est normalement distribué et l’échantillon peut être comparé àpopulation.Ce tableau présente les statistiques récapitulatives parmi toutes les variables de l’étude.La moyenne est égale à la moyenne arithmétique ou la somme des valeurs divisée par N.Moyenne = somme / nombreLa médiane est égale à la valeur moyenne (si elle est ordonnée du plus bas au plus élevé); 50ème centile.L’écart-type est la distance moyenne ou typique, les scores des valeurs varient de la moyenneenviron 408,917 points Z-score en moyenne. (Combien de variations existent de la moyenne à la signifier).

Dans la mesure moyenne du risque bancaire, Z-score, le score Z moyen est de 213,425.Il indique que la plupart des banques commerciales avec un RAROE moyen de 14.379, L’écart type de 0,013 a une petite chance de défaut.La mesure d’internationalisation indique que près de 90% de toutes les banques commercialesLe Liban avec un ratio des actifs étrangers (FAR) de 13,32% a commencé à gérer l’activité à l’étranger après 2007En caractéristique bancaire, 52% des banques sont cotées à la Bourse du Liban et 53% des banques appartiennent à une compagnie financière.En outre, la banque commerciale moyenne a une taille de 3,663, une diversification des revenus de 0,831 qui est coûts relativement faibles et frais généraux de 0,014.

4.3 serial corrélation
INCLUDEPICTURE “/var/folders/s8/929kpcdn5gqcfdgclwqslbs00000gn/T/com.microsoft.Word/WebArchiveCopyPasteTempFiles/page51image3837376” * MERGEFORMATINET
INCLUDEPICTURE “/var/folders/s8/929kpcdn5gqcfdgclwqslbs00000gn/T/com.microsoft.Word/WebArchiveCopyPasteTempFiles/page52image1823104” * MERGEFORMATINET
INCLUDEPICTURE “/var/folders/s8/929kpcdn5gqcfdgclwqslbs00000gn/T/com.microsoft.Word/WebArchiveCopyPasteTempFiles/page52image3832224” * MERGEFORMATINET
Corrélation sérielle
Les résidus de nos régressions de séries chronologiques semblent être corrélés avec leurs propres valeurs décalées.La corrélation en série, également appelée autocorrélation, est un phénomène courant dans les séries chronologiques car les données sont commandées; il n’est pas surprenant que les termes d’erreur voisins se révèlent être corrélés, est où les termes d’erreur d’une série chronologique sont transférés d’une période à l’autre.La corrélation série viole l’hypothèse standard de la théorie de régression selon laquelle les termes d’erreur sont non corrélé. La corrélation sérielle positive est celle où une erreur positive dans une période se traduit par une erreur positiveerreur pour la période suivante. La corrélation sérielle négative est celle où une erreur négative dans une période se répercute dans un négatiferreur pour la période suivante.Cela peut entraîner une myriade de problèmes, notamment: Estimation des moindres carrés ordinaires inefficaces et toute prévision basée sur ces estimations. Les erreurs standard sont trop petites (pour une série temporelle avec corrélation sérielle positive et variable indépendante qui croît avec le temps). Les statistiques T sont grandes. Faux positifs pour les coefficients de régression significatifs. En d’autres termes, un coefficient de régressionsemble être statistiquement significatif quand ce n’est pas le cas.Hypothèse nulle: il n’y a pas de corrélation sérielleHypothèse alternative: il existe une corrélation sérielleSi la statistique Watson de Durbin doit tomber entre 2 et 4, la valeur D.W proche de la valeur négativeDes moyens de corrélation, pas de corrélation sérielle.Probabilité (test F) = 0,0274 est inférieur à 5% donc acceptez l’hypothèse alternative qui signifie qu’il y a un corrélation sérielle.Mais dans cette table, D.W = 2.003203, il y a donc une corrélation sérielle.

4.4 Régressions
Un regard de régression sur l’importance des variables indépendantes: s’il existe une relation significative entreX et Y.L’analyse de régression génère une équation pour décrire la relation statistique entre un ouplus de variables prédicteurs et la variable de réponse. Il définit comment interpréter les p-values ??et coefficients qui apparaissent dans la sortie pour l’analyse de régression linéaire.

Régression linéaire
Une régression linéaire est construite en ajustant une ligne à travers un nuage de points d’observations appariéesentre deux variables. Ce graphique illustre un exemple de ligne de régression linéaire tracéeune série d’observations (X, Y):
Graphe1:
INCLUDEPICTURE “/var/folders/s8/929kpcdn5gqcfdgclwqslbs00000gn/T/com.microsoft.Word/WebArchiveCopyPasteTempFiles/page54image3827968” * MERGEFORMATINET
Une ligne de régression linéaire est déterminée par la méthode OLS. Une variable est tracée sur l’axe Y et l’autre sur le X.X est la variable indépendante qui est quelque chose que l’expérimental change intentionnellement et varie.Y est la variable dépendante qui est celle qui est observée et qui changera vraisemblablement en réponse à la variable indépendante.

Lors de l’analyse de deux ou plusieurs variables, nous devons choisir quelle est la variable indépendante et quelle variable dépendante est. Ce choix découle de l’hypothèse.Pour cet exemple, la variable dépendante (Y) est le Z-score parce que c’est la mesure du risque et X est autres variables.

Équation de régression
L’équation de régression estime la relation entre deux variables, à propos de la formuleY = a + bX + ?Où: Y = variable dépendante; X = variable indépendante,a = intersection de la ligne de régression; b = pente de la droite de régression ou bêta,? = terme d’erreurb signifie bêta ou coefficient que chaque fois que X augmente ou diminue d’une certaine quantité, Yaugmenter ou diminuer de b * ce montant.L’interception a: présente la valeur de Y au point où X = 0.Régression linéaire – Hypothèses
1. La relation entre la variable dépendante Y et la variable indépendante X est linéairedans la pente b et les valeurs d’interception a.2. La variable indépendante X n’est pas aléatoire.

3. La valeur du terme d’erreur “?” est 0.

4. La variance du terme d’erreur est constante pour toutes les observations. Ceci est connu comme l’ “Hypothèse d’homoscedasticity “. Quand une régression linéaire est heteroscedasticity ses termes d’erreur varient etle modèle ne peut pas être utilisé pour prédire les valeurs de la variable dépendante.5. Le terme d’erreur ? n’est pas lié aux observations; dont la covariance entre le terme d’erreur d’une observation et l’autre est 0. Cette hypothèse est nécessaire pour estimer les variances duvaleurs.6. La distribution des termes d’erreur est probablement normale.Cette régression est utilisée pour produire une équation qui prédira une variable dépendante en utilisant un ou plus de variables indépendantes. Cette équation est:Y = b1X1 + b2X2 + … + ADans cet exemple, l’équation est:???? i, t-k + 1, t = ? + ?1 ? ???????????????????? i, t-k + ?2 ? ???????? i, t-k + ?? + ? i, t-k + 1, toù le risque (Y) est la variable dépendante que vous essayez de prédire, l’internationalisation (X1), et les contrôles de banque (X2) sont les variables indépendantes que vous utilisez pour le prédire, ?1, ?2 sont les coefficients ou bêta qui décrivent la taille de l’effet que les variables indépendantes ont sur votre variable dépendante Y, et ? (A) est la valeur que l’on prévoit avoir lorsque toutes les variables indépendantes sont égaux à zéro.

Le concept d’ heteroscedasticity – le contraire de l’homoscedasticity – est utilisé dans le contexte de régression linéaire, pour décrire le cas où la variance des erreurs ou le modèle n’est pas le même pour toutes les observations, alors que souvent l’une des hypothèses de base est que les variances sont homogènes et que les erreurs sont réparties de manière identique.Dans l’analyse de régression linéaire, les erreurs du modèle ne sont pas homoscedasticity , a pour conséquence que les coefficients du modèle estimés en utilisant les moindres carrés ordinaires (MCO) ne sont ni neutres ni ceux avec la variance minimum. L’estimation de leur variance n’est pas valide.Heteroscedasticity est présent dans les données, lorsque la taille du terme d’erreur diffère à travers les valeurs d’un variable indépendante.C’est l’une des hypothèses clés de la régression est que la variance des erreurs est constante à travers des observations. Si les erreurs ont une variance constante, les erreurs sont appelées homoscedasticity Généralement, les résidus sont tracés pour évaluer cette hypothèse.Si les termes d’erreur n’ont pas de variance constante, ils sont appelés heteroscedasticity .- Erreur standard biaisée- Faux résultats- Conclusion incorrecte sur la signification des coefficients de régression.- Le moins carré pondéré- Transformation
Hypothèse nulle H0: Homoscedasticity la variance résiduelle est constante.Hypothèse alternative H1: heteroscedasticity la variance résiduelle n’est pas constante.

INCLUDEPICTURE “/var/folders/s8/929kpcdn5gqcfdgclwqslbs00000gn/T/com.microsoft.Word/WebArchiveCopyPasteTempFiles/page58image3826400” * MERGEFORMATINET
Chaque fois que nous avons plus de 5% de la valeur de probabilité du R-carré observé dans ce cas, nous acceptons l’hypothèse nulledans notre cas, la valeur de probabilité est supérieure à 5%, donc nous devrions accepter l’hypothèse nulle ce qui signifie pas de problème d’heteroscedasticity
Analyse de régression
Ces variables sont en relation avec la variable dépendante.Les FAR ont une valeur p égale à 2,63% inférieure à 5%, donc il y a une valeur significative.Il a un coefficient négatif, donc quand le FAR augmente d’une unité, le risque diminue d’une moyenne de LOIN.La taille a une valeur de p égale à 3,41% de moins de 5% donc il y a une valeur significative.Il a un coefficient positif donc quand la taille augmente de 1 unité, le risque augmente d’une moyenne de Taille.Cependant, sur la base des données des banques commerciales au Liban, nous constatons que l’internationalisation a une relation négative avec le risque, qui analysent la relation entre l’internationalisation et la banque risque avec de nombreux modèles empiriques.Nous constatons que les grandes banques ont un Z-score moyen plus élevé et une plus grande diversification des revenus indiquant que les grandes banques peuvent gagner plus de profits et être plus stables. Les grandes banques ont tendance à prendre plus de risques, maisles petites banques peuvent en bénéficier en diversifiant leurs portefeuilles et en accédant au marché mondial des capitaux.

Les grandes banques pourraient être plus exposées au risque d’intensifier les activités d’internationalisation.

D’un autre côté, les petites banques ont un effet de diversification sur l’internationalisation mais le risque est plus grand et l’opération n’est pas aussi efficace que les grandes banques.

La raison en est que les réglementations au Liban sont plus restreintes pour les banques à l’intérieur du pays qui fait que seulement plusieurs avoirs financiers puissent faire des services financiers différemment; donc , pour ceux qui cherchent plus de profits en dehors du Liban, ils pourraient prendre plus de risques.

À l’inverse, les petites banques peuvent également fournir des services financiers relativement simples et non risqué
Par conséquent, ils pourraient bénéficier de la diversification des actifs. Nous suggérons que différentes taille des banques peut avoir des impacts différents de l’internationalisation sur le risque et d’autres méthodes d’évaluation devrait être employé dans différentes banques.

Étude de cas : la Grèce
L’internationalisation du système bancaire grec a commencé essentiellement au milieu des années 60. Elle est constituée de deux mouvements: de l’implantation des banques grecques à l’étranger et de l’implantation des banques étrangères en Grèce. Elle fonctionne de l’ouverture de l’économie grecque a l’étranger ainsi que de l’émigration; elle est influencée des mouvements financiers et bancaires mondiaux et elle est déterminée par la structure et le niveau de développement du système bancaire. La présence des banques grecques a l’étranger a suivi essentiellement le mouvement de l’émigration et les banques grecques ont basé leur politique sur les services de cette population. L’implantation des banques étrangères en Grèce s’est effectuée sur un double objectif: – pour les autorités grecques, elles devraient permettre la modernisation du système bancaire et le financement de l’économie en devises; – pour les banques étrangères il s’agissait de servir les firmes multinationales en Grèce ainsi que des sociétés grecques exerçant des activités à et avec l’étranger. Leurs avantages vis-à-vis des banques grecques concernant les services bancaires et les réseaux internationaux ainsi qu’une législation favorable au début de la période ont permis leur pénétration dans le marché bancaire grec. Celle-ci est le résultat de certaines banques très dynamiques et bien implantées en Grèce.

Croissance économique de la Grèce par année4,52003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Taux3,5 % 4,7 % 3,7 % 3,7 % 4,2 % -0,3 % -4,3 % -5,5 % – 9,1 % – 7,3 % – 3,2 % 0,7 % – 0,2 % – 0,1 %
Avant 2009
De 1950 à 1973 la Grèce connait un essor économique important et rapide. Avec un taux de croissance annuel moyen de 7 %, cette période sera appelée le miracle économique grec (à l’instar du miracle économique allemand ou japonais).

L’entrée de la Grèce dans l’Union européenne en 1981 a permis au pays de se développer. En effet, avec un PIB par habitant alors inférieur à la moyenne européenne, elle a profité des mécanismes de redistribution, mis en place dans les  HYPERLINK “https://fr.wikipedia.org/wiki/Ann%C3%A9es_1980” o “Années 1980” années 1980, comme les fonds structurels. La Grèce est donc bénéficiaire nette au regard du budget européen. En outre, en 2001, elle rejoint la zone euro.

Le pays continue son développement au début des années 2000 avec des taux de croissance confortables6.  HYPERLINK “https://fr.wikipedia.org/wiki/Ath%C3%A8nes” o “Athènes” Athènes accueille de nombreuses manifestations culturelles et sportives internationales notamment les Jeux Olympiques en 20047, qui sont l’occasion pour l’État de moderniser la capitale (nouvel aéroport, nouveau métro, infrastructures sportives). En 2008, le chômage est au plus bas à 7,2 % selon Eurostat.

Derrière cette façade en apparence positive, les dysfonctionnements classiques de la société grecque caractérisés par le poids de la fonction publique, de la dette et le faible développement industriel, n’ont que peu changé. Ils sont aggravés par les gouvernements d’Andréas Papandréou qui étend de manière extraordinaire la part du secteur public en nationalisant 230 entreprises privées et augmentant considérablement les aides sociales8 inaugurant ainsi la voie du socialisme à crédit qui persistera un quart de siècle8. Seul le gouvernement de  HYPERLINK “https://fr.wikipedia.org/wiki/Konstant%C3%ADnos_Mitsot%C3%A1kis” o “Konstantínos Mitsotákis” Konstantínos Mitsotákis (1990-1993) initiera une politique de réduction des effectifs des fonctionnaires et privatisera certaines entreprises. Mais cette politique sera sans lendemain, les gouvernements suivants renonceront à réduire la bureaucratie et les aides sociales bases de leur clientélisme électoral8.

Le « miracle » économique grec de 2004 à 2007 n’est possible que dans un contexte général de développement des transports maritimes et du tourisme et grâce aux facilités de crédit inhérentes aux bas coûts d’intérêt de l’euro. L’État grec ne résista pas à la tentation de résoudre ses difficultés budgétaires en recourant massivement à l’emprunt quitte à maquiller ses comptes pour rentrer dans les critères européens8. Le pays connaît alors une croissance fulgurante mais artificielle, « avec des salaires excessifs, une flambée de l’immobilier et un endettement colossal »9.

Crise économiqueL’explosion du déficit public à partir de 2008 et en 2009 fait qu’en 2010 et 2011, la  HYPERLINK “https://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A8ce” o “Grèce” Grèce doit faire face à une importante  HYPERLINK “https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_de_la_dette_publique_grecque” o “Crise de la dette publique grecque” crise de sa dette publique10,11,12. En 2009, elle s’établissait à 125 % du PIB pour un déficit public de 13,6 %. En 2011, la dette publique s’élève à 158 % du PIB. Le nouveau gouvernement socialiste élu en octobre 2009 annonce des mesures d’austérité à la suite des révélations quant au niveau abyssal atteint par le déficit et la dette publics. Ses mesures comprennent notamment13,14 :
la diminution du salaire des fonctionnaires (- 10 %) ;
la diminution des pensions accordées aux retraités (- 10 %) ;
le recul de 5 ans de l’âge légal de départ à la retraite (65 ans contre 60) ;
la réduction des investissements publics et des dépenses de fonctionnement de l’État ;
la création de nouveaux impôts et de nouvelle taxes, hausse de 10 % des taxes sur l’essence, le tabac et l’alcool ;
la hausse de la TVA de deux points (23 % contre 21 %, et contre 19 % avant mars 2010) ;
la baisse des dépenses de l’armement de 2,5 milliards d’euros en deux ans.

La Grèce a reçu un prêt de 110 milliards d’euros sur trois ans du FMI et de la zone euro. L’accord, passé sous condition d’une baisse des dépenses publiques, prévoit une réduction du déficit public, de 13,6 % du PIB en 200915 à 2,6 % en 201413. Pour l’année 2010, le déficit devait baisser à 9,3 % du PIB. À ces 110 milliards d’euros, s’ajoute, à partir de 2011, une aide supplémentaire de 60 à 85 milliards d’euros pour ses « besoins financiers » jusqu’en 201416. Ces prêts permettent à l’Allemagne d’engranger plus d’un milliard de profits entre 2015 et 2017, ce qui est parfois dénoncé comme une absence de solidarité de Berlin envers ses partenaires de la zone euro17.

En novembre 2010,  HYPERLINK “https://fr.wikipedia.org/wiki/Eurostat” o “Eurostat” eurostat révise à la hausse le déficit de la Grèce pour l’année 2009 à 15,5 % du PIB (contre 13,6 %). La note financière du pays ne cesse d’être réévaluée à la baisse, et le pays rejoint finalement le groupe des pays émergents fin 2013. Selon eurostat toujours, le chômage a atteint les 27,6 % en juillet 2013. En 2012, les scénarios envisageables concernant la Grèce sont le Grexit et le bank run ; ces épées de Damoclès subsistent malgré les injonctions des personnalités politiques européennes chargées du dossier. Toutefois, Eurostat avait en réalité fait grossir les chiffres du déficit et de la dette publique grecs pour l’année 2009 afin de faciliter la mise sous tutelle financière du pays18.

De nombreuses privatisations sont effectuées (gaz, électricité, port de  HYPERLINK “https://fr.wikipedia.org/wiki/Salonique” o “Salonique” Salonique, port du  HYPERLINK “https://fr.wikipedia.org/wiki/Pir%C3%A9e” o “Pirée” Pirée, quatorze aéroports, etc) mais qui pourraient sur le long terme représenter un manque à gagner considérable pour les finances du pays19. En 2013, la Grèce quitte l’indice boursier des marchés développés et rejoint le groupe des pays émergents20. L’OCDE prévoit pour 2014 une septième année consécutive de récession, remarquant toutefois que la Grèce a engagé de nombreuses réformes structurelles et que la croissance pourra revenir l’année suivante. Notant que la dette dépassera fin 2013 176 % du PIB, elle ne croit pas envisageable de ramener ce chiffre à 124 % en 2020, et appelle par ailleurs à un allégement de la dette publique, comme cela avait été fait en 2012 sur les dettes privées21. Le  HYPERLINK “https://fr.wikipedia.org/wiki/FMI” o “FMI” FMIréclame pour sa part la poursuite de la cure d’austérité des comptes publics22.

La brutale politique de rigueur, comprenant baisses massives des salaires et des dépenses publiques, a pour conséquence de contracter le PIB par habitant de 25 % entre 2007 et 2016 qui retourne à son niveau de 1999 ; la production industrielle, hors bâtiment, diminue, elle, de plus de 15 % sur la même période23. Pendant ces années, en l’absence totale de  HYPERLINK “https://fr.wikipedia.org/wiki/Contr%C3%B4le_des_changes” o “Contrôle des changes” contrôle des changes, la Grèce connaît une fuite massive des capitaux principalement en direction de l’Allemagne et de la Suisse. Les dépôts dans les banques grecques qui s’élevaient à 210 milliards d’euros en 2008 passent à 120 milliards en 201724.

Les dépenses publiques ont baissé de 30 % après 2008, entraînant une dégradation de l’état des infrastructures, d’énormes problèmes dans les systèmes de santé et d’éducation et un appauvrissement massif des retraités. La population du pays a baissé d’un million de personnes. Pourtant, la politique d’austérité n’a pas permis de diminuer l’endettement du pays ; au contraire, la dette publique est passée de 109 % du PIB en 2008 à 178 % en 201825.